* Comment Jésus est devenu Dieu ?

COMMENT JESUS EST DEVENU DIEU ?

Qui serait assez fou pour vouloir dire qui est Dieu et l’enfermer dans des mots ou des dogmes ? Les juifs ont un tel respect qu’ils refusent de prononcer les quatre lettres qui désignent Dieu. Les églises des premiers siècles ont osé le défi.

Young businessman presenting hand drawn question marks

Les trois synoptiques posent une même question : « Qui est cet homme ? » Ils contemplent Jésus et voient en lui cette formidable force de vie qu’il communique à son peuple opprimé. Par ce prophète, Dieu visite son peuple. Même la mort n’aura pas prise sur lui et Dieu le ressuscite le troisième jour. Il vit et il fait vivre aujourd’hui encore.

St Jean franchit le pas: « Au commencement était le Verbe, Et le Verbe était Dieu. Il est venu chez lez siens et les siens ne l’ont pas reçu. » Tout le quatrième évangile (écrit 10 ans après les synoptiques) montre la divinité de Jésus.

Dès le premier siècle les discussions théologiques s’engagent, de plus en plus âpres pour dire la Trinité.

Jésus est-il homme ou Dieu ? Mais s’il est Dieu est-il encore homme ? Dieu peut-il mourir sur la croix ?

Est-il Dieu par nature ou par adoption ?

Same sex couple on white background

Comment s’agencent ces deux natures ? La nature divine absorbe-t-elle la nature humaine ?

Qui est donc cet Esprit de Dieu répandu à Pentecôte ?

C’est ainsi que, de dogmes en symboles (celui des Apôtres et celui de Nicée), se construit un système théologique dont les enjeux sont autant la quête du pouvoir que la recherche d’une unique Vérité.

Les empereurs, devenus chrétiens, craignent pour l’unité de leur empire. Ils convoquent les conciles et vont même jusqu’à imposer leur choix. Les coups bas sont permis. On ouvre le concile sans attendre l’arrivée du camp adverse. On discute en grec, sans se soucier des latins qui ne comprennent pas ce qui se dit…

Chaque nouvel affrontement laisse une frange de l’Eglise sur le côté de la route et la considère comme hérétique. Certaines sont encore vivantes comme l’église copte en Egypte ou l’église nestorienne en Iran.

C’est ce que raconte Frédéric Lenoir, directeur du « Monde des religions » dans son livre « Comment Jésus est devenu Dieu. » (éditions Fayard, 320 pages, 19 euros 90)

Durant toutes ces disputes, rien ne rappelle le souffle de l’évangile, de la bonne nouvelle : ‘Dieu visite son peuple en la personne de Jésus’. vitrail arc en ciel

Cela ne serait-il pas la source de la désaffection de nos contemporains pour le Dieu « théologique » présenté par les églises, alors qu’ils attendent un Dieu de l’Histoire présent en chacune de nos histoires ?

J. FRAISSIGNES